Pin
Send
Share
Send


Prémisse C'est un terme d'origine latine praemissus. Le concept est utilisé pour nommer le allusion , symptôme ou conjecture ce qui permet de déduire quelque chose et de tirer une conclusion.

Pour la logique et la la philosophie donc les locaux sont ces propositions qui précèdent la conclusion . Cela signifie que cette conclusion découle des prémisses, bien que celles-ci puissent être fausses ou vraies.

Par exemple:

- Prémisse n ° 1: "Les êtres humains aiment la mer"
- Prémisse n ° 2: "Facundo est un être humain"
- Conclusion: “Facundo aime la mer”

Comme on peut le voir dans l'exemple, si les êtres humains profitent de la mer et Facundo C'est un être humain, il est possible de conclure que Facundo Il doit aimer ça. Bien entendu, la conclusion peut être fausse, car le premier postulat est inexact: il y a des gens qui n'aiment pas le la mer.

Dans d'autres cas, les prémisses peuvent être vraies et, cependant, la conclusion peut être fausse:

- Prémisse n ° 1: “Chaque lundi, Fernanda se lève à 8 heures du matin”
- Prémisse n ° 2: «Aujourd'hui, Fernanda s'est réveillée à 8 heures du matin»
- Conclusion: "C'est lundi aujourd'hui"

Dans cet exemple, la conclusion peut être fausse même lorsque les prémisses sont vraies puisque le premier prémisse n'est pas exclusif. Il peut donc être vrai que Fernanda il se lève tous les lundis à 8 heures du matin, mais il peut aussi se lever à tout moment de la semaine.

En langage familier, enfin, l’idée de prémisse est souvent utilisée comme synonyme de début (au sens moral), valeur vous objectif : "L'équipe catalane recherche toujours la victoire sur la base du contrôle du ballon", «Nous avons commencé le voyage à l'aube avec pour principe d'arriver à destination à l'heure du déjeuner».

Syllogisme

Une forme de syllogisme s'appelle raisonnement déductif, c’est-à-dire d’un argument dans lequel la conclusion est obtenue sans exception par rapport aux prémisses. Dans ce cas, il y a trois propositions: deux prémisses et la conclusion. Le premier à formuler un syllogisme fut le philosophe grec et logique Aristote dans son ouvrage intitulé "L'orgue", qui peut être traduit par" l'instrument ".

Selon Aristote, la logique est une relation de les termes, qui se rencontrent ou se divisent dans les jugements, et dans leur vision de ceux-ci, un sujet et un prédicat interviennent également. Bien que le concept de jugement soit parfois confondu avec celui de proposition, il existe des différences évidentes: le premier attribue un prédicat à un sujet logique et aux termes, une fonction sémantique et une fonction syntaxique; La proposition, en revanche, est une affirmation d'un fait en tant que contenu logique, en en faisant un tout.

Les termes d'un épreuve ils se rapportent les uns aux autres et leur comparaison avec celui qui pourrait être considéré moyen cela donne la possibilité que les conclusions apparaissent. De cette manière, le syllogisme est composé de deux jugements, le principe majeur et le principe mineur, dans lesquels trois termes sont comparés l'un à l'autre et de là un nouveau est né, appelé conclusion. Les lois de la logique tentent de faire en sorte que la vérité des trois premiers demeure dans la pièce.

Le la structure La fondamentale du syllogisme est la suivante:

* Contexte, constitué par le prémisse majeure (avec le prédicat de la conclusion, représenté par la lettre P) et le prémisse mineure (le sujet de la conclusion, représenté par la lettre S), qui sont comparés en tenant compte de la moyen terme, représenté avec le M;

* Conforme, qui est le résultat d'une telle la comparaison.

Pin
Send
Share
Send